Bâton de joie

Blabla vidéoludique non influencé
et probablement orienté.
¯\_(ツ)_/¯
The Black Glove, par des anciens développeurs de Bioshock

The Black Glove, par des anciens développeurs de Bioshock

Suite au partage en cacahuèttes d'Irrationnal Games à la fin du développement de Bioshock Infinite, il était prévisible que des poignées de développeurs allaient former des studios indépendants pour vaquer à leurs occupations. C'est notamment le cas d'une bonne douzaine d'entre eux qui ont fondé Day For Night Games et proposer leur première création sur Kickstarter : The Black Glove. Sans trop de surprise, la direction artistique s'apparente énormément à celle des Bioshock, tout comme les aspects dérangeants bizarroïdes.

Années 1920, le théâtre Equinox n'est pas au mieux de sa forme avec une salle qui peine à se remplir. Le gérant que vous êtes devra donc faire en sorte d'inverser la tendance grâce au soutient de 3 employés bossant sous votre giron : l'artiste Marisol, le réalisateur de films Avery Arnault et le musicien Many Embers. Chacun d'entre eux dispose de ses propres spécialités qui influeront la façon de jouer. Etant donné que l'ensemble baigne dans une ambiance surréaliste et mystique, il sera question de modifier le passé des artistes en bouleversant leurs influences, et ainsi leurs aptitudes futures en passant par un étrange mirroir présent dans le théâtre.

Bref, ça s'annonce assez varié, complexe et riche en possibilités. En terme de gameplay, on nous évoque The Maze of the Space Minotaur où il est question de vaincre le Minotaure, véritable chimère de l'Equinox, au détour d'une borne d'arcade 8 bits. Amusant. On nous dit qu'il sera possible d'influencer le trio d'artistes par la musique 8 bits, le pop art des années 60, l'art folk zombifié, les comics cosmiques des années 70, les animes, le cyberpunk, les nanards de série B, etc...

Ouaip, pas évident de comprendre le concept du jeu, alors rien de mieux qu'une vidéo explicative :

 

 

Comme expliqué, The Black Glove est un jeu qui mise énormément sur la narration, la liberté d'action, et la rejouabilité. Les développeurs demandent quelques 550 000 dollars pour arriver au bout du projet, et ils en sont actuellement à 81 000 pour 27 jours restants. Ca semble un brin tendu mais ce serait ballot qu'ils n'en voient pas le bout.

Médias