Bâton de joie

Blabla vidéoludique non influencé
et probablement orienté.
¯\_(ツ)_/¯
Des infos sur 2,5 jeux Star Wars Rogue Squadron annulés

Des infos sur 2,5 jeux Star Wars Rogue Squadron annulés

Souvenez-vous, Nintendo avait accueillit ce qui se faisait alors de mieux en terme de jeux Stars Wars en la présence des Rogue Squadron développés par Factor 5 à la fin des années 90 sur Nintendo 64, et début 2000 sur Gamecube. Manque de bol, le studio d'origine allemande et expatrié aux States a fermé ses portes en 2008, et ce n'est que maintenant que l'on apprend qu'il avait 3 (ou 2,5) autres jeux Star Wars en stock grâce à une interview de son ex-président Julian Eggebrecht parue chez IGN.

 

 

L'un d'entre eux n'était en fait qu'une simple compilation des 3 shooters parus auprès du clan Nintendo, mais portés sur la (vraie) première Xbox. Se trouvaient donc en son sein Star Wars: Rogue Squadron, Star Wars Rogue Squadron II: Rogue Leader, et Star Wars Rogue Squadron III: Rebel Strike. Le développement en était à environ 50%, mais l'ambiance pas très joviale qui régnait alors chez LucasArts a mené à sa mort.

Suite à cette annulation, Factor 5 avait embrayé sur un jeu de lancement en destination de la future Xbox 360. Le projet devait inclure une idée qui avait germé dans leurs ciboulots dès l'ère de la première Xbox : du multijoueur en ligne. Surprise, le jeu en question devait être un nouveau Rogue Squadron, mais qui avait pour particularité de miser à fond sur le multijoueur coopératif. Tellement à fond que le titre appelé Star Wars Rogue Squadron: X-Wing vs. Tie Fighter devait être massivement multijoueur avec plusieurs factions mises en scène. Apparemment LucasArts était dubitatif à l'idée d'accoucher d'un jeu de lancement, et a donc préféré tout annuler.

Malgré cet enchainement de fails, Factor 5 fût contacté Shuhei Yoshida de Sony qui était alors en quête de jeux de lancement pour la PS3. Pour pas gâcher, l'équipe lui a soumit l'idée de Rogue Squadron online, mais le constructeur la refusa, préférant avoir de nouvelles licences internes pour introduire la nouvelle console. Pour pas trop se fouler, les développeurs ont recyclé une partie du gameplay de leur jeux Star Wars pour un nouveau titre qui donna Lair, un projet bien trop ambitieux pour le lancement d'une console aussi complexe que la PS3. Le résultat vous le connaissez : un jeu médiocre qui rata la sortie de la console.

Après la période d'exclusivité le liant à Sony, Factor 5 avait décidé de ressortir de ses cartons la trilogie Star Wars Rogue Squadron torchée à 50% pour la sortir sur Wii. Après étude, le portage s'annonçait facile et le poil de cul de puissance supérieure de la nouvelle machine leur permettrait alors d'ajouter un peu de contenu, de corriger quelques problèmes, de refaire la gestion des caméras, etc... De plus, il était important pour eux que le titre fonctionne avec la plupart des périphériques compatibles avec la Wii : manette Gamecube, Wiimote, le volant de Mario Kart pour les séquences de vol, et qu'il était même possible de combiner avec la Balance Board de Wii Fit.

Pour ce qui est des ajouts, Eggebrecht évoquait des courses en speeder bike, des séquences d'action vues à la 3ème personne et mieux, des combats au sabre laser utilisant le Wii Motion Plus. Cerise sur le cake, le nouveau moteur graphique permettait à l'ensemble de mouliner en 60 images par secondes avec la réalisation visuelle la plus incroyable qu'il était possible de voir sur Wii si l'on en croit le monsieur.

La chance n'étant pas leur fort, la crise financière de 2008 leur a coupé l'herbe sous le pied, malgré la complétion apparente de la compilation. De plus, Factor 5 avait financé une partie du développement avec son propre argent afin de pouvoir gagner une plus grosse part du gâteau une fois le jeu mis en vente. Pour achever le tout, 2 de leurs éditeurs potentiels pour d'autres projets (il me semble que parmi eux figurait un jeu sur le super-héros Flash) ont fait faillite, et LucasArts souffrait de ses propres troubles financiers.

Décidémment quand ça veut pas, ça veut pas...

Médias