Bâton de joie

Blabla vidéoludique non influencé
et probablement orienté.
¯\_(ツ)_/¯
Preview de Borderlands The Pre-Sequel !

Preview de Borderlands The Pre-Sequel !

Borderlands est au jeu vidéo ce que le pop-art est au classicisme : décalé, postmoderne, et fondateur, le soft (ainsi que sa suite) aura grandement marqué les esprits sur la génération de consoles précédente. Assez riche pour réunir les amateurs de RPG autour de parties en multijoueur jusqu'à 4, assez fluide et rythmé pour redéfinir le genre hack'n slash sous les atours d'un FPS, assez cell-shadé pour satisfaire tous les amateurs d'Art contemporain (et les amateurs de néologisme), Borderlands est avant tout hilarant et superbement écrit. Que penser de la troisième itération de la série après quelques (trop courts) instants passés sur le jeu ?

MOON WILL TEAR US APART

Les développeurs de 2K Australia ont choisi la Lune (dénommée Elpis ici) comme terrain de jeu pour Borderlands The Pre Sequel, qui se situe chronologiquement après le premier épisode de la série et narre l'ascension de Handsome Jack. Qui dit Lune dit faible gravité, au contraire de Pandora, et qui dit faible gravité dit sauts démesurés en presque apesanteur. Qui dit Lune dit nouveaux environnements graphiques, parsemés de cratères plus ou moins vastes, et offrant une atmosphère des plus feutrée. C'était sans compter sur les remarques incisives de Claptrap, ou la puissance de feu d'Athena, Wilhelm ou Nisha, les quatre personnages que l'on peut incarner dans cet épisode.

Mécanique, Claptrap n'aura aucun besoin de respirer, donc de recharger ses réserves d'oxygène sur Elpis, contrairement aux autres protagonistes. Nouveauté en gameplay de Borderlands The Pre-Sequel, le double saut permet de s'élancer assez haut dans l'atmosphère lunaire. On pourra remarquer le renouveau des véhicules, qui permette de déambuler plus rapidement sur Outland Spur, l'un des territoires qui nous a été accessible durant la prise en main. Outre une sorte de scooter lunaire assez sympathique, il sera possible d'accéder à un plus gros engin, relevant plus du char d'assaut que de la classique jeep.

TAKE ME TO THE MOON

Il nous a été possible d'accomplir quelques sous-missions disponibles à Concordia ainsi que de continuer la quête principale quelques précieuses minutes (puisque les personnages à sélectionner étaient déjà niveau 15). On retrouve très rapidement ses fondamentaux, et le triptyque frag/loot/upgrade fait toujours merveille en termes de sensations de jeu. Le mode coopératif jusqu'à 4 est bien évidemment toujours présent, sublimant le tout, et promet de longues heures d'amusement entre amis.

Ecrits par seulement trois personnes, le scénario ainsi que les dialogues mémorables de la série semblent retrouver leur fraîcheur dans cet épisode. De l'aveu même des développeurs, ils possèdent cette fois une touche toute australienne teintée de critique bon enfant envers les Etats-Unis. On peut donc s'attendre à de la bonne ouvrage côté background.

La réalisation ne dépareille pas aux précédents épisodes. Toujours en cell-shading, les environnements lunaires sont agréables à l'oeil, le jeu est fluide au possible et les joutes contre les plus ou moins grosses bébêtes d'Elpis se font dans la plus pure tradition des Borderlands : épiques, brutales, tout simplement fun. Côté sound design, pas de surprise non plus, le soft devrait satisfaire les habitués et les fanboys. Il sera disponible dès le 17 octobre.

 

Il est délicat de juger des qualités d'un soft aussi vaste en seulement quelques dizaines de minutes de jeu, mais pour le moment il semblerait que 2K Australia ait pris les bonnes décisions : excellents fondamentaux en gameplay conservés saupoudrés d'ajouts vraiment sympathiques, écriture s'annonçant au moins aussi hilarante que dans les précédents opus, richesse du background et personnages hauts en couleur. Vivement ! Afin d'en savoir plus, n'hésitez pas à consulter notre interview à venir sur BâtonDeJoie.

Médias

Borderlands The Pre-Sequel - Gameplay Trailer par BatonDeJoie