Bâton de joie

Blabla vidéoludique non influencé
et probablement orienté.
¯\_(ツ)_/¯
Forza Horizon 2 - Xbox One
Support : Xbox One
Le 04/11/2014 - 01:03, par eboux

L'horizon, c'est bien ce que l'on a constamment face à soi lorsque l'on avale les kilomètres à bord de son bolide. Bon, dès fois il peut y avoir un mur qui surgit, ou un arbre, mais en général, c'est bien l'horizon notre destination lorsque l'on aime rouler pour le plaisir. Pour sûr, Forza Horizon premier du nom portait déjà bien son appellation : de grands espaces, beaucoup de bolides et des kilomètres de bitume et de gravier. Nous promettre de briser les barrières invisibles des routes pour retirer toutes les contraintes qu'elles impliquent, tel est le pari de cette suite aguicheuse. Lassé de Forza Motorsport 5 ? Envie de liberté ? Prenez place derrière votre pad Xbox One et laissez vous aller.

Horizons perdus

Loin de l'Ouest des Etats-Unis, le nouveau festival Horizon est lancé. Cette fois, le paysage nous est plus familier, puisqu'il s'agit des côtes de la méditerranée, de la Provence à l'Italie. Les champs de lavande, les falaises en bord de mer, cette odeur de vacances ou du quotidien pour certains d'entre vous. Difficile de ne pas être charmé par ces paysages savamment reconstitués. Il ne manque que le chant des cigales et les odeurs pour s'y croire. Si un bâton d'encens suffira à recréer les sensations olfactives, les cigales ne vous manqueront pas dans la mesure où elles seraient de toute façon cachées par le bruit des bolides qui déboulent de toutes parts.

 

 

Oui, Forza Horizon 2  tient encore ses promesses de dépaysement. Les routes sont longues et variées tant en paysage qu'en type de surface et quelques villes viennent ponctuer les couleurs chatoyantes de mère nature. En mouvement, tout est joli d'autant plus que la distance d'affichage est immense et le pop-in d'élément est très discret. Par contre, lorsque l'on s'arrête pour regarder les détails, on se dit que des concessions ont été faites. Au diable les détails, à vive allure on en prend plein les mirettes et en mode photo, on reste toujours satisfait de la modélisation des véhicules, des effets de lumières, de l'horizon et du niveau de détails. Les pieds de lavande seront plus beaux la prochaine fois...peut-être. En tout cas lorsque l'on traverse des plaines en driftant et décollant dans tous les sens, on s'en tamponne le coquillage. Reste les villes, bien moins jolies dans l'ensemble avec leurs routes trop larges et toutes ses terrasses qui se ressemblent. Pour de l'open-world, on est loin du niveau de détail d'un GTA, mais de toute façon, on s'en fout un peu, on se va pas se balader à pied en cherchant que faire, on est bien trop occuper à conduire.

Si le cycle jour/nuit était déjà présent dans le premier opus, ici s'ajoute un cycle météo allant de la petite pluie fine au gros orage. Autant dire qu'en pleine nuit, sous une pluie battante, en vue intérieure et allant à plein régime sur des routes de fortune, on prie pour ne croiser personne sur le chemin. Ca tombe bien d'ailleurs, en dehors des drivatars, on ne croise pas grand monde sur ces routes, tout juste de quoi stresser un peu sur l'autoroute lorsque l'on est lancé à pleine vitesse. Il fallait bien laisser le plus de place possible sur l'asphalte au compétiteur que vous êtes. De la place, vous en aurez en tous cas, vu la grandeur de la carte et du nombre de route à parcourir !

Event Horizon

La progression du jeu est simpliste, si on décide de la suivre bêtement. On passe d'un point d'étape du championnat à un autre en mode road trip avec d'autres véhicules, sans faire la course, juste pour profiter du décor. Une fois sur place, on choisit un type de championnat parmi 8 catégories, elles même divisées en plusieurs sous-catégories. On enchaine ensuite 4 courses dans l'ordre que l'on souhaite. Il peut s'agir de courses urbaines en plusieurs tours ou sur une longue distance, de courses de Trail mélangeant bitumes et petits chemins ou rase campagne. Certaines catégories proposent des courses plus appropriées au type de véhicule que l'on conduit, qu'il s'agisse de bolides grand tourisme ou de 4x4 surpuissants. La liberté propre aux Forza est bien présente, le joueur choisit de faire ce qu'il veut, quand il veut, avec le véhicule qu'il souhaite, rien n'est imposé. De temps en temps, des courses scénarisées vous seront proposées, comme une spéciale contre un train ou encore contre des avions. Il vous faudra finir 15 championnats à la première place pour débloquer la finale qui consiste en une grande course en catégorie libre, mais il va sans dire qu'après celle ci le jeu est loin d'être terminé.

Si l'on est las d'enchaîner les courses de championnats, pas de soucis, il y a de quoi faire. Péter des records de vitesse devant des radars, explorer la carte, trouver des voitures cachées dans des granges, relever des défis, défier des drivatars, affronter des rivaux sur des chronos. Le choix est vaste en solo, même s'il ne varie pas énormément du précédent Horizon. En ligne, il l'est encore plus puisque l'on peut rejoindre des road-trips, des championnats ou balades libres le tout sans avoir à passer par moult menus. Non, il suffit de passer en mode en ligne et le système de matchmaking fait le reste. Bien sûr, on peut jouer avec ses amis, les membres de son club ou s'arrêter à des zones de concentration, les parkings de kéké où l'on admire des bolides avant de tracer sa route.

En plus d'être techniquement propre, le jeu propose aussi une bonne OST. Car il ne faut pas oublier que Horizon n'est pas qu'un festival pour les pilotes amateurs, mais bel et bien un festival de musique aussi. Et sur ce point, Playground a encore fait fort avec des playlist de qualité allant de groupe rock indé du moment à de la musique classique en passant par de l'electro ou le label Ninja Tune. Assurément il y a du très bon là dedans et fort heureusement on ne vous imposera pas du dubstep à tout va et une ambiance bling-bling m'as-tu-vu. Certes, l'univers reste bien machiste, la seule femme du festival étant la mécano-bimbo, mais on ne peut pas tout avoir. Pour ceux qui préfèrent écouter le bruit des moteurs, coupez la radio et profitez des bruitages de qualité. C'est évident mais encore fallait-il que l'ambiance sonore soit bien travaillée pour pouvoir le souligner.

Horizons Lointains

Bien sûr tout cet habillage ne serait rien sans les sensations de conduite. Et là, pas de soucis, le jeu assure pleinement. Si on est loin de la conduite de Forza Motorsport 5, l'équilibre entre arcade et simulation est une nouvelle fois bien trouvé. Le plus dur restait de rendre agréable à jouer ces courses de trail à travers champs. Si l'on pouvait craindre que celles ci dénaturent complètement la conduite, il n'en est rien. Alors que sur le bitume le comportement des véhicules est souple et précis, sur les chemins de terre votre véhicule sera un peu plus difficile à gérer s'il n'est pas monté sur 4 roues motrices. Dans les plaines, c'est encore plus le festival de dérapage qui vous obligent à prévoir bien plus à l'avance vos virages en choisissant des courbes larges et ainsi ralentir le moins possible. Les sensations sont bien différentes des courses en ville et cela permet de considérablement varier le plaisir de conduite, encore plus si la météo vient jouer les troubles fêtes.

Que vous soyez débutant ou expert, les différents réglages habituels de la série vous permettront de choisir ce qui vous convient le mieux en fonction de votre niveau. Il en va de même pour la difficulté des concurrents qui sont une nouvelle fois basés sur des drivatars. Si dans Forza Motorsport 5, certaines des IA avaient tendance à vous agacer avec cette envie constante de venir pour caresser le pare-choc, ici elles sont plus dociles et les joutes apportent même un piquant sympathique. Quoiqu'il en soit, si vous élevez la difficulté, les accrocs seront plus rares.

D'un point de vue customisation, vous pourrez profiter de pièces à acheter pour votre véhicule, faire des peintures, régler le moindre paramètre comme bon vous semble. Si vous êtes un peu fainéant sur les bords, pas de soucis, vous pourrez récupérer les peintures des autres et profiter de réglages automatiques. Mais ça, on en a pris l'habitude depuis longtemps avec les Forza. La frustration sera donc bien loin de vous et vous n'aurez qu'à vous occuper de rouler, encore et encore.

Car c'est bien là le point fort et indéniable du jeu. Des kilomètres, on aura toujours envie d'en parcourir, encore et encore, tout en collectionnant les véhicules et si vous ne savez plus quoi faire, il y aura toujours quelque chose qui viendra à vous. Petit plus pour ceux qui utilisent Kinect, votre GPS Anna répondra à vos sollicitations vocales pour vous trouver des choses à faire. Le détail qui fait plaisir et qui évite de couper votre trip en vous obligeant à passer par des menus.

Conclusion

De longues heures de courses et de promenades, voilà ce qui vous attend avec Forza Horizon 2. En explosant toutes les barrières physiques ou invisibles, Playground et Turn10 ont démultiplié le plaisir de jeu. Les sensations de conduite sont grisantes quelque soit son niveau de pilotage et le sentiment de liberté procuré est un plaisir de tous les instants. Devant le contenu conséquent en solo et avec un multijoueur de qualité, l'horizon semble lointain et l'envie de courir après lui ne vous quittera jamais vraiment. Autant dire que l'on tient là l'un des titres incontournables de la Xbox One en cette fin d'année.

Les plus

  • Le sentiment de liberté
  • Le contenu conséquent
  • Les sensations de conduites sur tous les terrains
  • Des paysages saisissants
  • Une OST bien fournie et de qualité

Les moins

  • Beau mais pas dans tous les détails
  • Le manque de vie, surtout en ville

Partager