Bâton de joie

Blabla vidéoludique non influencé
et probablement orienté.
¯\_(ツ)_/¯
Disney Magical World - 3DS
Support : 3DS
Le 16/10/2014 - 10:45, par Babas

A de nombreuses reprises, Mickey et toute sa clique ont invité les gamers dans des aventures plus ou moins épiques dans le but de les aider à affronter des sorcières, des scientifiques fous ou encore des lapins has been. Avec Disney Magical World, c’est à un instant de détente que vous êtes conviés. Ce soft qui va chercher à squatter votre 3DS/2DS est ce que l’on appelle une simulation de vie, à la manière d’un Animal Crossing dont il s’inspire fortement. Ce test vous permettra de savoir si cela vaut le coup de répondre positivement à l’invitation.

PAUL ! UNE TOURTEL !

On peut dire que vous étiez attendu. A peine avez-vous le temps de paramétrer votre mii que vous voilà propulsé dans le monde merveilleux de Disney, et vous y êtes chaleureusement accueilli par de nombreux habitants locaux et parmi eux quelques illustres personnages. Sourires, cotillons et feux d’artifice, c’est ainsi que Mickey, Minnie et compagnie vous souhaitent la bienvenue dans leur royaume. Manque plus qu’une petite coupe de champ’, et on serait bien, Tintin. Après ce début en fanfare,  suivra un assez long tutorial où vous découvrirez tout de même quelques-unes des clés du jeu, ainsi qu’un certain nombre de personnages bien connus qui ont tous un rôle dans le royaume. Cependant, même si ce tutorial n’est pas totalement dénué d’intérêt pour la suite du jeu, il reste tout de même un passage assez rébarbatif à traverser avant que l’on ne commence vraiment à s’amuser. Et le point précis où le soft prend de l’ampleur est celui où vous prendrez les commandes de votre café. Si le dernier Animal Crossing New Leaf vous plaçait à la tête de toute une ville, Le Roi de ce Disney Magical World ne vous proposera que les clés du café. Qu’à cela ne tienne, vous avez maintenant votre café, et c’est à vous de tout faire pour que cela devienne un endroit chébran, un incontournable du Royaume magique dans lequel même les stars maison se bousculeront pour y avoir une table.

 


A partir de ce stade votre évolution dans le jeu se fera par la voie de trois activités à la fois différentes et complémentaires. La première d’entre elles est la gestion du café. C’est le nerf de la guerre, vous devez le personnaliser et le faire évoluer pour attirer un max de monde. Pour cela vous pouvez modifier le mobilier, la décoration au sol et sur les murs avec la possibilité de rajouter quelques bibelots stylés (ou pas), ainsi que la tenue du personnel de salle. Vous avez également la main sur le menu et pourrez choisir quels plats/boissons seront proposés à vos futurs clients, en sachant que vous ne pouvez présenter que 3 types de plats à la fois. Cela peut paraître évident mais sachez que la Voie Maltée ne passera pas par votre café, on reste dans l’univers Disney, point d’alcool à l’horizon. Tous ces éléments sont personnalisables à votre goût, cela dit quelques requêtes vous forceront à adopter certains éléments plutôt que d’autres, au moins de manière provisoire. Le respect de ces requêtes vous fera prendre du galon en tant que gérant, vous donnant par exemple la possibilité de préparer plus de plats à la fois. Personnaliser la déco ou les menus est une chose, mais on aurait aimé avoir la possibilité de modifier plus d’éléments, comme le placement du mobilier par exemple, ou la musique d’accueil de votre établissement, afin d’avoir un plus grand sentiment de liberté. Malheureusement vous n’aurez rien de plus, et la gestion du café ne se limite qu’à ces quelques éléments. Cela reste bien faible et certains jeux facebook proposent mieux.

Ceci étant dit, si vous souhaitez équiper votre café des meubles "Stitch" top tendance, ou des plats qui sortent de l’ordinaire, il va vous falloir quelques matières premières qu’il sera nécessaire de dénicher, on en vient donc à la seconde activité : la collection de collections.

COLLECT’ THEM ALL

Ce qui frappe d’emblée dans Disney Magical World c’est le nombre d’éléments qu’il est possible de collectionner. Des cartes, des plantes, des recettes, des habits de toutes sortes, bref tout ou presque est collectionnable. Si certaines collections ne servent pas à grand chose, comme la collection des « salutations » (non, non ce n’est pas une blague), d’autres sont bien plus utiles et vous fourniront les matières premières nécessaires pour élaborer vos recettes, ou vos meubles qui équiperont votre café. Certains de ces éléments peuvent être obtenus en simple cueillette dans les parterres ou sur les arbres qui vous environnent. Pour d’autres il vous faudra sortir votre canne à pêche et prendre un peu de temps au bord des étangs ou des rivières. D’autres encore seront obtenus en les cultivant directement dans les espaces prévus à cet effet (et dans une zone précise que je ne vous dévoilerai pas pour vous laisser un minimum de surprise). Enfin certains objets collectionnables ne pourront être obtenus qu’en accomplissant certaines petites quêtes annexes, ou faveur comme c’est appelé dans le jeu, et fonctionne sur le principe de l’échange avec les PNJ. Ces derniers vous interpelleront un peu partout dans le jeu pour vous demander la faveur de leur donner tel ou tel objet, en échange d’un autre parfois plus rare. En ce qui concerne les faveurs, les stars de Disney vous en demanderont également et seront légèrement plus compliquées à réaliser que le simple échange d’objets. Par ailleurs, notez que les objets que vous récolterez seront différents en fonction des zones que vous allez explorer, car oui, il y a plusieurs zones de jeu. Mais nous y reviendront un peu plus loin.

S’il est un objet plus important que les autres à collectionner, ce sont les autocollants. Ces derniers représentent votre progression et seront obtenus en réalisant certains objectifs précis. C’est un peu comme remporter des succès sur Xbox 360/One ou les Trophées sur les consoles Sony. La collecte des autocollants, outre vous indiquer votre progression, servent également au déblocage de plusieurs éléments du jeu. Obtenir un certain nombre d’autocollants vous permettra d’obtenir plus de tenues, ou plus de meubles mais surtout vous libérera de nouvelles zones de jeu. On y arrive.
Non, votre aventure ne se limitera pas qu’aux abords du château, à la boutique de Daisy ou à l’étang de Donald. Des zones de jeu s’ouvriront à vous progressivement en fonction du nombre d’autocollants que vous collecterez. Ces zones sont basées sur des univers propres à certaines grandes œuvres de la firme aux grandes oreilles. Une fois encore je ne me risquerai pas à vous révéler ces univers mais sachez que vous y rencontrerez des lapins à la bourre, des tigres rebondissants ou encore un gros bonhomme à barbichette tout bleu mais néanmoins sympathique. Dans ces zones, outre la récolte d’objets spécifiques vous permettant de varier votre mobilier ou votre garde-robe, c’est surtout ici que vous vous adonnerez à la troisième activité principale.

CA FOUTRAIT PRESQUE LES MICKEYTTES !

A peine la charge du café sur vos épaules qu’une invitation vous est adressée. Ce n’est rien de moins que le sorcier dont Mickey fut l’apprenti qui vous convie dans sa tour et qui a besoin de vos services. Des fantômes et autres streums traînent un peu partout près des endroits étranges et sombres de chaque univers. Le sorcier, qui n’a pas le temps et doit faire sa compta, vous donne pour tâche de débarrasser ces endroits de toutes la racaille fantasmagorique qui squatte les lieux. Et voilà comment se lance cette troisième activité, qui joint à la simulation de vie un côté aventure loin d’être déplaisant mais pas dénué de défauts. Ces quêtes spécifiques, qui elles aussi se débloquent progressivement en fonction de votre nombre d’autocollants, vous emmènent dans des forêts hantées ou de sombres cavernes, peuplées de fantômes qu’il va vous falloir dézinguer à l’aide de votre baguette magique dont le sorcier vous a doté au préalable. Il va sans dire que pour un gamer, c’est l’activité la plus réjouissante, surtout à côté d’une gestion de café limitée et une collecte d’objets divers qui n’amuse pas plus de 5 minutes. Cependant, ces quêtes sont affublées de gros défauts et le premier d’entre eux est leur grande facilité, surtout au début. Les fantômes ne vous opposeront aucun challenge et les énigmes ne vous arracheront pas les cheveux. Heureusement, par la suite, elles deviennent plus corsées et plus longues. Par ailleurs, ces quêtes se déroulent sur des maps à la fois petites et ultra balisées. Impossible de barouder hors des sentiers battus. Il y a une réelle frustration lorsqu’on arrive au bout de chacune d’elle, un vrai goût de trop peu.

Y A QUELQUE CHOSE DE POURRI AU ROYAUME MAGIQUE

C’est bien sympa tout ça, mais que vaut ce petit mélange une fois la console en main ? Eh bien tout d’abord il faut noter que ce soft regorge de petits détails sympathiques, comme le changement de la décoration de la place principale en fonction des saisons. Actuellement elle est occupée de nombreuses citrouilles plus ou moins effrayantes (disons plus moins que plus quand même, m’voyez ?), Halloween oblige. Il en sera probablement de même lorsque le vieux en rouge fera sa tournée annuelle de fin d’année, ou lorsque le Printemps re-pointera le bout de son pif. Le village principal, qui agit comme une espèce de hub principal, est fortement garni d’habitants, tous prêts à taper la discute avec vous. Ils en seront même à vous complimenter de votre goût pour la mode (ahemm !) en fonction des habits que vous portez.
Néanmoins, ce jeu est ce à quoi il ressemble : un jeu Disney. Si certains softs basés sur les franchises de la firme ont su à peu près se décoller d’une image trop lisse, comme un Epic Mickey avec sa légère touche de noirceur, ce n’est pas le cas ici. Même les quêtes d’aventurier, dans lesquelles vous rencontrerez quelques ectoplasmes, se déroulent de manière bon enfant. Ceux d’entre vous qui sont allergiques à la mièvrerie Disney, en seront pour leur frais. De ce fait, cela destine clairement ce jeu aux plus jeunes d’entre nous.

D’un point de vue technique, le jeu a un rendu assez joli, coloré et chatoyant, surtout au vu des possibilités techniques de la console. Les habitués de la gigantesque firme américaine seront par ailleurs ravis de voir que leurs personnages favoris sont assez bien modélisés, ce qui est un peu moins le cas pour les autres habitants des lieux, beaucoup plus banals et sans relief. Quant aux décors, force est de constater que les univers sont bien conçus et fidèles aux univers qu’ils sont censés représenter. L’envers de la médaille de ces jolis graphismes est l’aspect quelque peu saccadé de l’animation. On ressent une certaine lourdeur lors des déplacements, alors même que les maps ne sont pas spécialement grande. Les temps de chargement sont un autre aspect négatif. Déjà relativement longs, on les retrouve un peu partout, à chaque entrée dans une boutique, à chaque changement de lieu. Si vous souhaitez faire le tour des boutiques, il va vous falloir être patient. Reste la 3D … votre serviteur cherche encore le moindre effet de profondeur.

Les voix des toons Disneyens, bien que parfaitement identifiables, ne se limitent qu’au strict nécessaire. Néanmoins notez que l’ensemble des dialogues textes sont traduits en français, traduction qui reflète parfaitement les personnalités. Quant à la musique, pompeuse à souhait, elle vous balancera ses cors et trompettes dans les oreilles à la moindre occasion. Bien que rapidement entêtantes, elles ont au moins le mérite de coller aux différents univers.

L’interaction online est, quant à elle, réduite au strict minimum. Tout ce vous pourrez faire ne se limitera qu’à visiter les cafés d’autres joueurs de par le monde. Aucune possibilité de rencontrer directement l’avatar d’un autre joueur. Une telle limitation est forcément un mauvais point alors qu’il y avait surement mieux à faire.

Conclusion

On ne peut pas dire que l’éditeur ait fait les choses à moitié. De nombreux détails émaillent ici et là le soft. Cependant, lorsque l’on parcourt l’ensemble du jeu, le sentiment qui domine est que la mièvrerie l’emporte sur tout. Bien sûr, avec ce type de jeu associé à l’univers féérique Disney, il fallait quelque peu s’y attendre. Il n’empêche que cela limite forcément le public du soft, ce dernier s’orientant aisément vers nos chères têtes blondes. Il est clair qu’un gamer aguerri, même s’il peut s’émouvoir d’un Animal Crossing, ne trouvera pas son compte, la faute à un manque de poésie, sacrifié sur l’autel du fan service pour les plus jeunes. Si vous avez moins de 12 ans, vous pouvez rajouter 2 points.

Les plus

  • Graphismes soignés
  • Grande variété de gameplay
  • Bonne traduction française
  • Plein de choses à collecter
  • Des quêtes aventurier bienvenues...

Les moins

  • ... mais tellement frustrantes
  • La gestion du café bien trop limitée
  • Des saccades
  • Online quasi absent
  • Destiné principalement aux enfants (ce qui n’est pas un – si vous avez moins de 12-13 ans)

Partager