Bâton de joie

Blabla vidéoludique non influencé
et probablement orienté.
¯\_(ツ)_/¯
Art of Balance - Wii U
Support : Wii U
Le 12/10/2014 - 19:24, par Asskicker

Vous connaissez ce fameux test que réalisent les Forces de l’Ordre, tard dans la nuit, pour voir si le conducteur interpellé est imbibé ou non ? Mais siii, celui où il faut rester en équilibre sur une jambe en ayant les bras tendus sur les côtés et les yeux fermés ! Bah voilà, Art of Balance c’est pareil, sauf que ce sont des pièces géométriques sobres qu’il faut faire tenir en équilibre, et qu’il y en a plusieurs à poser les unes sur les autres.

J’vous jure, m’sieur, ch’uis pas bourré *hips*

Pour votre culture, il faut savoir que cet épisode eShop Wii U d’Art of Balance est en fait le troisième volet d’une série initiée sur le Wiiware de la Wii avant de se poursuivre dans une version Touch pour la 3DS. Oui je sais, c’est fou. Ayant fait cette découverte en préparant ce test, nous allons faire comme si de rien n’était et vous allez voir, tout va bien se passer.

Le but du jeu est donc simple : empiler toutes les pièces géométriques (carrés, ronds, triangles, croix et autres formes alambiquées) qui vous sont imposées, et sans les faire tomber malgré la dure loi de la physique. Un concept simple au possible, mais qui se révèle être sacrément addictif. Au fur et à mesure des tableaux débloqués, vous vous retrouverez avec de nouvelles pièces, certaines engendrant des spécificités de gameplay : celles qui inversent la gravité, celles qui ne supportent pas que l’on en pose plus de 3 autres par-dessus, celles qui disparaissent au bout de quelques secondes, ou celles de braise qui explosent lorsqu’elles se touchent entre elles. Les niveaux apportent eux aussi de nouvelles situations, comme ceux qui usent d’un système de bascules, ceux disposant d’une plateforme posée sur l’eau, ou d'autres les deux en même temps. Bien entendu, les supports de base varient d’un écran à l’autre, ce qui apporte aussi une petite difficulté supplémentaire.

Le placement des pièces est donc de la plus haute importance pour ne pas qu’elles se vautrent lamentablement. Pour ce faire, vous pourrez les faire pivoter à la manière d’une pièce de Tetris... et puis c’est tout. A vous donc de bien les agencer les unes par rapport aux autres pour que l’ensemble de votre empilement tiennent au moins 3 secondes. Globalement, le principe de la pose des pièces de manière symétrique est une bonne technique à employer pour s'en sortir. Mais attention petite subtilité : une fois que vous posez une pièce, vous ne pouvez plus la retirer. Autre subtilité : toutes les pièces ne sont pas disponibles dès le début de la partie. Pour y avoir accès, il faut d’abord en utiliser un certain nombre au préalable.

Pour ce qui est de la jouabilité, les contrôles à la Wiimote sont un poil trop sensibles, alors que le tactile du Gamepad est bien trop “dur” pour être optimal. Reste donc alors la manipulation au stick analogique qui est bien plus précise, mais qui risque d’être trop lente pour les quelques épreuves spéciales limitées dans le temps.

Les mécaniques de jeu sont donc simples, mais bigrement efficaces tout en parvenant à se renouveler. La majorité des 200 tableaux proposés est assez facile à essuyer, d’autant plus qu’il y a bien entendu plusieurs manières de parvenir à ses fins, de la plus sûre et la plus logique à la plus acrobatique qui ose défier les lois de la gravité. Celles-ci sont ici bien retranscrites dans l’ensemble, à l’exception de la physique de l’eau parfois à la ramasse et vraiment exagérée. De quoi faire péter quelques plombs, assurément.

The fall of math

Le gros du jeu réside dans son mode Arcade étalé sur 8 mondes et 200 écrans que l’on débloque petit à petit en accumulant des “cercles”. Comme évoqué précédemment, vous aurez à faire à des niveaux spéciaux qui permettent d’en obtenir 2 au lieu d’un. En plus de ceux limités dans le temps, se trouvent ceux où vous devez atteindre une certaine hauteur requise. On aurait aimé un peu plus de variété dans ces niveaux spéciaux, mais ils représentent globalement de bons challenges.

En parallèle, l’équipe de Shinen nous propose un mode Endurance où il est question d’enchaîner le plus de niveaux possible avec 3 vies pour briller dans le classement en ligne. Il est plutôt légitime de trouver ce mode bancal puisque les niveaux sont proposés aléatoirement, ce qui veut dire que l’on peut aussi bien commencer d’emblée avec un tableau chaud du slibard, qu’en enchaîner des faciles pendant un bon moment.

Comble du bonheur, le multijoueur n’est pas en reste. Dans le mode Tour Infernale, à tour de rôle, de 2 à 5 joueurs posent une pièce. Celui qui fait chuter la sienne est désigné comme étant le loser de la partie, tandis que les autres encaissent les points. Dans le mode Empilement Express, 2 équipes doivent résoudre la même épreuve le plus rapidement possible sans avoir de limite dans le nombre d’essais. N’ayant pas d’amis dans la vie, je n’ai pu expérimenter ces modes multijoueurs, mais à fortiori ça a l’air drôlement rigolol. A noter que ce dernier mode peut également se jouer en ligne. La population des joueurs d’Art of Balance n’étant pas mirobolante, j’ai n’ai malheureusement pu m’y essayer également. Décidément, moi et le social...

Conclusion

Art of Balance est ce que l’on appelle plus communément “un petit jeu à la con”, et comme bien souvent avec ce genre de production qui ne paie pas de mine, le concept se montre sacrément efficace et hautement addictif. Difficile de croire que le simple fait de poser des pièces les unes sur les autres puisse passionner pendant des heures et pourtant, la magie opère. A tel point même que chaque échec ne fait que renforcer la hargne à vouloir atteindre la gloire de la réussite. En ce sens, le mode Endurance et son classement en ligne sera un véritable calvaire pour votre productivité ménagère. A 9 euros seulement, le craquage est amplement justifié, d’autant plus qu’il est possible de jouer au trône directement sur le Gamepad. Et ça, ça n’a pas de prix.

Les plus

  • Concept simple et efficace.
  • Diablement addictif.
  • Le renouvellement des situations.
  • Peut se jouer sur le Gamepad.
  • Prix correct.

Les moins

  • La physique de l’eau.
  • Un éditeur de niveau n’aurait pas été de refus.

Partager